Le massage africain


Instinctif et technique : le massage africain

Encore très peu connu en France le massage Africain traditionnel est pourtant vieux de plus de dix mille ans. A l’origine de cette technique, c’est une pratique ancestrale transmise essentiellement de génération en génération et enseignée au cours de rites d’apprentissage. C’est une coutume basée sur les connaissances empiriques de la médecine traditionnelle africaine. Inspiré de différentes techniques ancestrales tel que le Digui tout comme le Saloli ou le massage Berbére.

Ce sont des techniques de massages de bien-être originaires du Mali (Bamako, Kayes Tombouctou) , du Nord de la Côte D’ivoire (Odiénné, Korhogo, Ferkéssedougou), du Cameroun (Baham). Ces massages relaxant sont prodigués par coutume de la mère à l’enfant une semaine après l’accouchement, mais aussi dans certaines ethnies comme un rite de passage à l’âge adulte.


Les manœuvres utilisées :

Le massage africain est un protocole à la fois doux et profond, qui prend en charge l’individu, du sommet du crâne jusqu’au bout des orteils. Il se pratique, bien sûr, avec des produits africains (beurre de karité et huiles essentielles).

Les manœuvres sont plus techniques qu’il n’y paraît. Elles se composent de grands glissés, de longs étirements et de pétrissages musculaires, des mouvements enveloppants avec des vibrations, des appuis lâchés, sur un rythme tonique et vivifiant.


L’intégration de manœuvres locales 

Le massage africain intègre aussi le drainage bamiliké, originaire de l’ouest du Cameroun, dont le but, à l’origine, était d’éliminer les toxines des chasseurs revenus au village. La technique s’est démocratisée et répandue dans toutes les villes d’Afrique centrale. Son succès doit beaucoup à la clientèle féminine, puisqu’elle permet d’affiner la silhouette. Non seulement ce massage reste exotique pour un Occidental, mais il possède aussi une vraie valeur physiologique ajoutée.


En plus de procurer une détente musculaire profonde et une souplesse accrue, il permet de drainer et détoxiner l’organisme, tout en contribuant à l’élimination du tissu adipeux superficiel. Mais n’allez pas croire que cette action vient des seules mains du praticien, car les masseurs africains possèdent un accessoire très efficace pour venir à bout des tensions les plus tenaces : la poignée Manifaing, originaire de l’Afrique de l’Ouest, plus précisément du Cameroun, du Bénin et du Ghana.

Créé il y a 450 ans par Manefaing Thali, de la tribu des bamilikés, cet instrument a été réalisé dans un matériau censé assainir la peau : la terre rouge des guérisseurs mamoujo. Sa forme adaptée au massage et sa texture lisse aux extrémités offrent la possibilité, offre la possibilité, par des mouvements circulaires et profonds, de diffuser le beurre de karité, mais aussi d’oxygéner les muscles par des glissés, sans jamais franchir le cap de la douleur physique.


Le beurre de karité

L’autre secret du massage africain, c’est le karité. Cet arbre sacré, appelé aussi « arbre à beurre », est adulé au Sénégal, béni en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, sanctifié au Ghana comme au Bénin, au Togo ou au Nigéria.

La tradition veut qu’on ne plante pas un karité, de peur qu’il ne refuse de pousser et prive les populations de ses bienfaits. On tire de ses noix un beurre exceptionnel.


Le massage africain n’est pas qu’un simple moment de détente. Bien exécuté, son effet se prolongera pendant plusieurs jours. Chaleureux et sans contre-indication, il constitue un ajout intéressant à une carte de soins inspirée des soins du monde. De quoi lui donner une vraie touche d’originalité.


Il existe aussi le massage africain rungu qui est issu d'une autre région africaine.

78 vues
  • Black Instagram Icon

©2017 - Namasté, massages bien être - Siret 831 639 802 00014

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now